Actualité – Togo : le Premier ministre et le gouvernement ont démissionné

Après plus de quatre ans passés à la tête du gouvernement, Komi Selom Klassou vient de démissionner de son poste de premier ministre. Cette démission a été acceptée par le président du Togo, Faure Gnassingbé, tel que l’informe un communiqué de la Présidence.
Un changement politique était attendu à la République togolaise depuis que Gnassingbé Faure a été réélu en mars dernier à la présidence pour un 4e mandat, mais ce changement a été retardé par la Covid-19 (apparu en décembre dernier en Chine, principalement à Wuhan), pandémie du siècle.
Le chef de l’Etat du Togo a accepté la démission de Komi Selom Klassou, le Premier ministre, et de son gouvernement, annonce, ce lundi matin, un communiqué publié sur le site officiel de la présidence.
Le chef de l’Etat togolais n’aura pas manqué de féliciter toute l’équipe gouvernementale et le Premier ministre pour les résultats encourageants obtenus malgré le contexte particulier que traverse à ce jour le monde entier, ainsi que les efforts engagés sur le plan politique, social et économique. Donc, c’est la fin mission pour le gouvernement togolais. Celui-ci est en poste depuis mars 2019. Par ailleurs, cette décision était attendue depuis plusieurs semaines, après l’élection présidentielle de mars dernier. Mais le calendrier a été bouleversé notamment par la pandémie mondiale du nouveau coronavirus.
La composition d’une nouvelle équipe gouvernementale sera donc la prochaine étape. Cette dernière sera sans aucun doute confrontés à des défis majeurs : particulièrement réadapter et sauver le Plan National de Développement, face à la nouvelle donne mondiale, et diriger le navire en ces temps troubles et ses nombreux impacts sociaux et économiques.

Economie frappée par la pandémie du coronavirus

Selon l’actu togolaise, l’économie du Togo a été frappée par le nouveau coronavirus, pandémie du siècle, le gouvernement ayant imposé des restrictions (limitation) afin de limiter la propagation du virus.
Il est important de rappeler que l’économie mondiale est toute entière fragilisée par la Covid-19. La Chine est officiellement en récession et les plus grandes puissances (à savoir les États-Unis, la Suisse, la Russie, etc.) vacillent elles également alors que les bilans continuent d’augmenter particulièrement en Amérique latine, où l’Argentine a dépassé l’Italie en nombre de cas.
L’économie mondiale devrait connaître en 2022 un redressement se situant entre 7 % et 9 %, et le continent africain sera, selon David Malpass, le président du groupe de la Banque Mondiale, dans la course, avec une croissance avoisinant globalement les 4 %. Les effets de la pandémie mondiale seront liés à la durée et à la gravité de celle-ci.